En sortant de l’école…

valls

 

Je ne suis pas musicien pour un sou. Plutôt pour deux, il faut bien vivre, ma bonne dame. Pourtant le tapage médiatique qui entoure les expulsions infantiles – oxymore ou pléonasme, au choix – m’a fait revenir une mélodie à l’esprit que des années d’éducation ont bien entendu vidé. Pour ceux dont la culture ne s’est pas enfuie en courant après 2 heures passées devant BFM Tv, le titre de ce billet a déjà fait tilt. Pour les autres, oui toi aussi qui cache ta pomme derrière celle de ton écran, Jacques Prévert avait écrit une comptine qui sonne étrangement ces temps-ci. Vous faisant grâce d’une voix dont mes voisins s’effraient chaque jour un peu plus, je vous en livre ici le premier couplet:

En sortant de l’école

nous avons rencontré

un grand chemin de fer

qui nous a emmenés

tout autour de la terre

dans un wagon doré

C’est alors que DJ Manuel s’est emparé du dancefloor français, et nous a gratifié d’un remix que nous vous dévoilons en exclusivité:

En sortant de l’école

Nous avons rencontré

Un homme en uniforme

qui m’a fait voyagé

en de lointaines contrées

dans un charter cloué

Oui, je sais, c’est un peu facile. Ça l’est même très, peut-être trop vous dira l’électeur bleu-marinement rassemblé. La rime est pauvre et peu enlevée, que voulez-vous, Manuel et la musique, c’est comme un mollah et un rasoir Wilkinson: ça fait deux. Le rythme est désastreux, la musicalité douteuse, en somme pas l’ombre d’un trait de génie. À ce rythme-là, Manuel, tu seras nominé aux victoires de la Musique 2014 dans la catégorie Diarrhée Auditive, celle qui permet aux radios de combler les trous béants de programmation chaque jeudi entre 3h et 4h du matin.

Mais soyons sérieux un instant. Voilà, l’instant est passé. À quoi rime cette chronique? À pas grand chose me direz-vous. Je vous répondrais qu’elle rime déjà bien plus que la chansonnette de notre DJ de l’Intérieur. Je vous vois d’ici vous indigner de mon indignation, m’imputant -oui j’aime les mots en pute- m’imputant donc un raisonnement de bobo invétéré venant grossir les rangs de la rebellocratie intellectuelle, celle qui chaque année se recueille sur des morts qu’elle détestait de leur vivant.

Non cher compatriote, tu as tout faux, de A à Z en passant par Q, vu qu’on vient tous de là. Je sais que les lois sont faites pour être appliquées, demandez-donc à Nicolas 1er, je sais que papa a menti sur ses origines, je sais tout cela… Je m’émerveille simplement que ceux, si prompts à dénigrer le manque de patriotisme des milliardaires au ballon rond et à la grammaire douteuse, le soient encore plus pour dénigrer une gamine en situation précaire qui clame son amour pour la France.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s