Quand la liberté d’expression bégaye

557E66B5BD3218AED9388EFE45C4

Desproges et Coluche n’ont qu’à bien se tenir, la poissonnière du dimanche est de sortie. Et quand Nadine sort, seuls les insensibles aux charmes poétiques de la vente à la criée et les boycotteurs acharnés des magasins Audika poursuivent le cours de leur vie normalement. Pour le reste de la France, que dis-je, du Monde, le temps s’arrête, les voix s’estompent, la chemise de BHL se reboutonne, les braguettes aussi et la goutte est suspendue au larynx tonnant de la Morano en furie. La voix est rauque et porte au moins jusqu’à l’autre bout de l’Intermarché communal, soufflant au passage un jour nouveau sur la permanente de Jean-Marie, 85 ans, l’oeil vif et le cabas tricolore en bandoulière.

Il faut dire que le vieux Guy a encore fait des siennes, et je n’évoque pas là un quelconque soucis de nature prostatique, sorte d’agrément que seuls vieillesse et cancer peuvent vous fournir à domicile. Depuis que pour remplir les salles, ses spectacles sont gratuits, l’ex-humoriste engagé, pardon enragé, nous fait aléatoirement bénéficier de sa prose châtiée. « Salope », « connasse », voilà de quels élégants sobriquets notre fossile des planches subventionnées affuble l’alarme incendie de l’UMP. Me voici donc sans voix, oui Nadine c’est possible et tu devrais essayer un jour,  moi qui croyais naïvement que l’image de MILF vaguement bouffie des soirées Jeune Pop n’était qu’une tromperie inventée à dessein par des média socialistes à tendance bolchevicko-depressive.

Alors certes on pourra regretter la pauvreté du verbe humoristique de Guyguy la déconne, mais pour ma part je regrette plutôt ce temps béni où cracher sur la gente politique était un acte citoyen. Allons enfants de la patrie un petit effort, cela ne remonte guère qu’à quelques années. L’équipe de France de football savait encore écrire le mot honneur, François assumait ses rondeurs, Nicolas négociait des contrats d’armement avec le Pakistan, Tibéri réveillait les morts à chaque élection et le Jean-Marie ne faisait pas dans le détail de l’Histoire, mais ça, c’était avant.

Publicités

Une réflexion sur “Quand la liberté d’expression bégaye

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s