Allô tonton, pourquoi tu tousses?

134461

L’actualité a cela de rafraîchissant, que lorsqu’on croit avoir touché le fond, certains s’enhardissent à creuser plus avant. Dans le rôle du toucher de fond, la NSA. Dans le rôle du creuseur de fond, François. Dans le rôle de la pelle, Jean-Marc. C’est que notre Premier ministre est à la tête de l’hexagone, et que pour creuser, un crâne hexagonal est d’une grande aide.

 Les méchants américains, oreillettes enfoncées dans les cavités auditives et sodas en main, nous ont écouté.  Je dirais même plus, ces obèses presque éduqués nous ont espionnés. Nous l’avions appris cet été, et j’avais, en guise de représailles, passé une nuit d’infiltration dans le lit de la serveuse (fort charmante au demeurant) du McDonald’s de ma rue. Je sais, ne m’en remerciez pas, j’ai un sens du patriotisme fort développé, que la demoiselle a d’ailleurs su apprécier. Malheureusement, je ne peux divulguer ici les ruses de l’espion aguerri que je fais à mes heures perdues, quoique j’en gagne rarement.

 Trois mois après ces révélations aussi stupéfiantes que boulversifiantes, François et Jean-Marc se sont indignés cette semaine de la nouvelle. À ceux que je vois déjà moquer un temps de réaction n’ayant rien à envier à un crochet de Gignac, je rappellerais que trois mois, ce n’est pas si long, puisque c’est à peu près le temps qu’il aurait fallu à notre bien-aimé porte-avions Clémenceau pour être désamianté par des enfants en Inde. C’est ça, aussi, l’aide au développement des pays émergents.

La France a su taper d’un poing ferme sur la table en marbre des relations avec nos ami-ricains, pour faire valoir un droit de réponse qui a glacé j’en suis certain plus d’un sang outre-atlantique : la convocation de l’ambassadeur à la bannière étoilée par notre Laurent Fabius à tous, ministre des affaires étrangères, qui ces derniers temps s’occupe aussi des affaires intérieures à sa famille. Un homme de grand talent l’ami Lolo.

 Je souscris totalement à cette franche réaction de la part de nos dirigeants fiers et courageux. Nous qui tentons à tout prix (j’insiste, à tout prix) de vendre nos systèmes de surveillance par delà le monde, quitte à ce qu’acheteur rime avec dictateur, ce qui permet de leur faire la guerre par la suite, et voilà que les yankees nous font clairement passer pour des brêles à la face du monde entier. Tout cela par la faute d’un déserteur des services secrets américains, un certain Edward. Non, vraiment, ce Snowden est un fieffé coquin qu’il conviendrait de rosser dûment. La liberté d’expression est une bien vilaine chose, mais il est encore quelques idéalistes comme Vladimir pour la défendre. Une honte, vous dis-je.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s