Démocratie, j’écri(vai)s ton nom

standard_poor_2076208c
La cabane est tombée sur le chien. L’agence de notation Standard & Poors a décidé d’abaisser la note de notre douce France. Nous allons donc emprunter à un taux moins avantageux. L’agence justifie sa décision par un véritable réquisitoire contre la politique économique de notre président.

Madame Agence, maîtresse un peu sadique, n’est pas contente. Douce France, élève dissipée à son goût, sera privée de goûter. Douce France n’a pas fait ses devoirs comme il le fallait, et dans le monde impitoyable de la créativité assassinée, j’ai nommé l’école, la sanction tombe vite. C’est le sentiment qui prédomine à la lecture des réprimandes de l’agence, qui reproche au gouvernement sa politique. Mais… un instant je vous prie. Dame Agence, par qui donc avez-vous été élue ? Personne ? Mais d’où tirez-vous donc votre légitimité ? Ah, je comprends. Suis-je bête. Instaurer un rapport de force avec les marchés financiers, voilà qui est un jeu trop risqué lorsque le courage n’est qu’un mot.

Alors j’ai tenté l’expérience. Puisque Dame Agence critique, j’ai pris la balle au bond, et j’ai recueilli les complaintes internes à l’agence, 55 Water Street Manhattan. Tout d’abord, la couleur du papier peint est à vomir, dixit Danny du premier étage, bureau 405. Honnêtement, je sais bien que vous êtes américains, mais le rose saumon ne s’est jamais marié avec du bleu roi, surtout barré de bandes jaune fluo. So shocking. Mary du troisième étage, ascenseur B, nous demande de dire à John, l’analyste du cinquième, d’arrêter de regarder par la serrure de son bureau pour observer Dusty and Penny, ses deux chiens, s’adonner à des plaisirs interdits. Bill, le virtuose du dowjones, ferait bien de soigner son hygiène intestinale avant d’arriver au travail. À cet effet, ses collègues lui suggèrent de stopper les séjours intensifs au McDonald’s de la cinquième avenue, celle où la serveuse crache dans les Big Mac. Andy et Stephanie sont en couple, tout le monde le sait dans l’agence, mais leurs co-workers aimeraient bien ne pas en avoir la preuve auditive à longueur de journée. D’autant plus que les toilettes sont censées être publiques. Peine perdue, mes requêtes reçurent une fin de non-recevoir. C’est que je n’avais pas été élu au conseil d’administration…

 Français moyen à la baguette bien pendue, oublie tes rêves de bulletins de vote ! Tout au plus fournis-tu en papier toilette les sanitaires impeccables de Standard & Poors. Tu peux toujours pénétrer l’urne républicaine d’une saillie élective, la démocratie n’est plus féconde depuis que des prétendus médecins l’ont stérilisée, à coup de prescriptions hasardeuses. A-t-on jamais vu un remède engendrer la grippe ? C’est pourtant la couleuvre énorme que les peuples doivent avaler, et le goût n’est pas des plus plaisants.

La cabane est tombée sur le chien, vous dis-je. Mais le chien aboie. Et bientôt il mordra.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s