Sophia, ça rame!

Photo-Sophia-Aram
Humour. C’est ce qu’on nous avait promis. C’est que le service public nous avait promis. C’est ce que France 2 nous avait promis. C’est ce que Sophia Aram nous avait promis. Mais jusqu’ici, tout va mal.

Je vous l’accorde volontiers, il est toujours facile de tirer sur l’ambulance. Mais voilà, cela fait bien trois semaines que ladite ambulance claironne à tue-tête dans mon poste de télévision son humour subventionné qui se veut grinçant mais ne fait finalement grincer que les dents. En parlant dentition, cher lecteur, toi qui a l’habitude de  vaguement comater chaque dimanche devant un artiste presque mort sur un canapé rouge, tu trouveras sans doute que j’ai la dent un peu dure avec Princesse Sophia. Certes, je le reconnais. C’est que cela fait quelques années que ma canine s’aiguise devant les chroniques de la désormais animatrice au verbe aussi haut qu’une tombe du Père Lachaise.

Sophia a d’abord fait ses armes de rebelle défenseuse des causes justes chez l’endémolesque Arthur, prince du calembour et de la finesse humoristique s’il en est. Puis, madame est passée sur France Inter, après l’éviction de quelques comiques un brin trop polissons. Un humoriste qui dure sur France Inter, par les temps qui courent, c’est un signe… Rassurant ? Pas certain.

Et puis ce fut la promotion. Le service public lorgnait depuis quelques temps déjà sur la bien-pensance tout public de Sophia et de son humour à gros sabots, toujours attendu, jamais au-delà de la ligne jaune. Alors décision fut prise, et l’humoriste la moins drôle de la radio publique se retrouva sur la première chaîne de télévision publique, France 2. Pour quoi faire ? Et bien, ce qu’elle (ne) sait (pas) faire de mieux. Animatrice, bouffonne du Roi, actrice et finalement tout cela et rien à la fois. Émission mal construite, totalement auto-centrée, chroniqueurs mauvais. Bref, de l’humour made in TV, c’est à dire obéissant aux balises de la bienséance, quitte à n’être en définitive plus drôle.

Les chroniqueurs pourraient rattraper la chose. Oui, ils le pourraient. Sauf qu’on se demande ce que Berléand fait là, et visiblement, il partage cette impression. C’est sans compter sur Arnaud Tsamère. Avec lui, au moins, pas de surprise. C’est mauvais, lourd, et surtout d’une prétention rare. Les bides intersidéraux sont heureusement couverts par les rires forcés des autres chroniqueurs, et mis sur le compte d’un humour qui se veut absurde, mais n’est qu’enfantin.

En vérité je vous le dis, chers lecteurs, je ne sais pas à quoi rime cette émission. Rime-t-elle seulement ? C’est malheureux, mais puisque les contraintes de la pensée polie ne sont pas arrivées jusqu’ici, je peux le dire : Sophia Aram est une formidable machine à faire voter FN.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s