Chronique néphrétique

2897486

Comme un air de western dans la capitale aujourd’hui. Un homme a grièvement blessé un photographe de Libération, faisant suite à divers incidents du même acabit ces derniers jours. Des coups de feu avaient notamment retenti devant BFM Tv et la société générale. Et voilà qu’en plus, une prise d’otage a eu lieu sur les Champs-Elysées. Remuant ma cervelle endormie, je trouvai là une excuse parfaite pour ne point goûter à la saveur des cours aujourd’hui. « Désolé M’sieur, y’avait western en bas d’chez moi ».

Désormais, c’est promis, je sortirai armé. Colt 45, pistolets de la guerre de sécession, couteau à cran d’arrêt, album de Mireille Mathieu. Le collégien américain typique, somme toute, si l’on excepte l’album de Mireille, dont le vibrato n’a pas encore attient l’autre rive de l’Atlantique.

Je suis en état de choc. Des coups de feu, des prises d’otage, et tout cela dans nos beaux quartiers… Je m’inscris en faux, et réclame de tout coeur le déplacement de ces incidents dans des quartiers auxquels les troublent siéent mieux. Mais que voulez-vous, depuis que la gauche est au pouvoir, la sécurité de l’élite de la nation n’est plus qu’un vain mot. Bientôt, on jouera au golf à balles réelles. Bientôt, les raquettes de tennis auront une application lance-flamme, les ceintures Hermès seront à l’épreuve des balles, tout comme les vestes en tweed, à carreau, s’il vous plaît. Quitte à être blindé, autant l’être au sens propre.

Non, vraiment, je ne peux accepter de telles dérives. Qu’un journaliste trépasse, passe encore. Qu’un journaliste de Libération trépasse, passe encore mieux. Ça fera toujours un gauchiste arriviste socialiste boboiste féministe communiste gaz de schiste en moins. Mais la Société Générale, tout de même. BFM TV, tout de même. Un peu de respect pour ces organes vitaux de Dame France. Non, je ne peux l’accepter, je persiste, je signe, je jure, je crache, pardon monsieur. Ah, c’est madame ? Ces immigrés ne ressembleront donc jamais aux Gaulois.

Je le confesse volontiers, ce matin à l’heure du café et du pain au chocolat (j’évite les croissants, allez savoir pourquoi), ce matin donc, ma voix tremblait. Mes mains aussi, et mon pouls battait la chamade des gens peureux. Oui, ce matin, je n’étais guère rassuré de savoir ma vie en danger à la moindre sortie. Surtout que je vis seul. Célibataire endurci. Oui, endurci. C’est le mot qui convient.

Heureusement, j’ai la chance de posséder une technologie neuve et qui, je vous le dis, a de l’avenir. L’ordinateur. Comble de la richesse, j’ai même ma propre Xavier-Niel Box. Je suis donc en permanence relié avec le monde. Pas le quotidien, Dieu m’en préserve! Je vous parle du truc qui tourne en rond.

C’est alors qu’enfin, je ne me suis plus senti seul. Furetant parmi des sites d’information, Le Parisien, Europe 1 en tête, je découvris une zone réservée aux commentaires. Je vous l’assure, tentez-donc l’expérience, c’est bouleversifiant. Là, de braves Gaulois exprimaient leur opinion. Mieux, ils exprimaient mon opinion. Comme moi, ils avaient l’air terrorisé. Comme moi, c’étaient de vrais patriotes. Comme moi, mourir à Libération était pour eux le symbole fort du ras-le-bol des français face à la dictature socialiste gauchiste arriviste boboiste féministe communiste droit de l’hommiste gaz de schiste.

Entre gens bien, on se comprend. La France a de l’avenir.

Face à la gravité de la situation, Diablog de Sourd rappelle le caractère absurde de cette chronique, et s’associe aux souhaits de prompt rétablissement du photographe de Libération, honteusement pris pour cible par un tireur. 

Publicités

Une réflexion sur “Chronique néphrétique

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s