Inacceptable, bis repetita

RUGBY : France vs Afrique du Sud - Test match - 23/11/2013

Variant du mauvais au très mauvais, l’équipe de France a été chanceuse de remporter son match face à l’Ecosse. Il y a deux semaines, ma plume s’emportait après la claque justement infligée par les Gallois aux Français. Aujourd’hui, malgré la victoire, elle est résignée. Désormais, il faut parler. Il faut mettre des noms sur la table. Calmement, mais sans aucune espèce d’indulgence.

 

Un constat s’impose : Philippe Saint-André ne doit plus être le sélectionneur. Son temps est écoulé. Un bilan catastrophique à tous les points de vue. La forme est à vomir. À quand remonte le dernier beau match l’équipe de France ? Le fond également. Aucun lancement de jeu à se mettre sous la dent, pas la moindre combinaison, du jeu à une passe. Révoltant. Comme si cela ne suffisait pas à notre discrédit, PSA réalise l’exploit immense d’être plus ridicule encore que le jeu qu’il propose. Notamment par ses choix de joueurs. Aujourd’hui, S. Vahamaina, deuxième ligne de talent, est aligné au poste exigeant de troisième ligne « coureur », celui qui chasse l’ouvreur adverse, qui gicle des regroupements pour harceler la défense. Seulement voilà, le gaillard est… gaillard. Un double-mètre pour 124 kilos. Voilà qui n’aide pas à la course. C’était prévisible. Aligner un joueur à un poste qui n’est pas le sien est une faute professionnelle. Aligner un joueur à un poste qui n’est pas le sien et n’ayant pas les caractéristiques physiques nécessaires à ce poste, c’en est une deuxième. Le pire tant promis arriva. Sur au moins trois actions, Vahamahina est en retard. Un exemple précis ? Renvoi français, bien tapé par Jules Plisson, qui tombe dans les bras de Dempton. Vahamahina, premier défenseur, se fait déborder avec une facilité déconcertante. Pourtant, Dempton est troisième ligne aussi. Mais lui est sélectionné à son poste, celui où il performe.

 

L’animation offensive, au rugby, débute par le demi de mêlée. Il importe qu’il « colle au ballon ». Il y a deux semaines, Doussain, émoussé physiquement, n’avait pu y parvenir. Nouvelle faute professionnelle d’un staff incapable de se rendre compte qu’un joueur n’est pas physiquement apte. Pourtant, il m’avait semblé que le rugby professionnel était passé professionnel en 1995… Passons. Aujourd’hui, c’est Machenaud qui était aligné. Il colle au ballon. Mission accomplie pourrait-on penser. De quoi développer notre jeu. Que nenni ! Les libérations de balles, bien que propres en raison du déficit athlétique écossais, sont lentes. On ne joue pas les ballons. Comme cette action à la sixème minute du match. La France multiplie les temps de jeu à 5m de l’en-but écossais. Pourtant chaque regroupement est ponctué d’un retentissant « use it » de l’arbitre, demandant aux français de jouer le ballon sous peine d’être pénalisés. Nous voici donc dans la situation quasi burlesque où, en position de marquer au début du match, nous refusons le jeu. À cela divers facteurs : l’habitude d’un Top 14 basé sur le jeu d’avants, et la mise à la faute de l’adversaire. Mais surtout, l’absence de solutions au large, malgré un talent énorme dans les lignes arrières. Un scandale absolu, un gâchis énorme.

 

Quel choix étonnant de capitaine, également. Pour rappel, Louis Picamoles, le meilleur joueur français du moment, avait été écarté du groupe par PSA pour une attitude indigne d’un joueur de rugby à l’endroit de l’arbitre, il y a quinze jours, face aux gallois. Jusque-là, aucun problème. Sauf que le capitaine, Pascal Papé, s’était montré au moins aussi virulant avec Alain Rolland, l’arbitre francophone du match. Pis encore, sur un action où il fit une passe directement en touche, il trouva bon d’engueuler son jeune coéqupier à qui la passe hasardeuse était destinée. Une attitude indigne d’un capitaine. Mais lui est conservé par un PSA d’une logique implacable, qui pousse même l’aporie jusqu’à rappeler en sélection Morgan Parra, pourtant sous le coup d’une suspension après un carton rouge reçu en championnat pour un coup de tête. Verdict : Parra est suspendu, ne peut disputer le match face à l’Écosse. PSA sélectionne donc un autre joueur, mais pas un demi de mêlée… Toujours plus loin dans la logique. On conserve un capitaine à l’attitude déplorable, qui énerve les arbitres, crie sur ses coéquipiers en étant fautif, quand bien même ceux-ci honorent leurs premières capes. On rappelle un joueur au comportement litigieux et sous le coup d’une sanction pour brutalité. Mais on se prive de notre meilleur joueur pour cause de comportement inapproprié. C’est au mieux stupide, au pire malhonnête. Et puis disons-le franchement, Papé n’est en rien indispensable rugbystiquement parlant. Il a d’ailleurs fait preuve sur le match d’aujourd’hui d’une technique digne d’un deuxième ligne français du Top 14 : proche de zéro. Qu’elles semblent lointaines, les passes sautées d’Ali Williams, les passes après contact de Brad Thorn. Pardon, ma plume s’est égarée au pays du long nuage blanc. Un autre monde, à bien des égards.

 

En parlant de la différence Nord-Sud, revenons sur l’arbitrage. L’arbitre de la rencontre, M. Cookson, était néo-zélandais. Habitué aux joutes de l’autre hémisphère, il arbitra les débats en ayant un objectif : que la balle virevolte de main en main. Cela a fait tout drôle aux français. Incapables de s’adapter à cette exigence de jeu, ils ont même été honteux de pusillanimité. Nous sommes dans les vingt dernières minutes, à trente mètres de l’en-but écossais. Situation idéale, deux côtés à exploiter. Non. La France préfère conserver le ballon au sein de la mêlée. Une fois. Deux fois quand l’arbitre la fait refaire. Trois fois. C’est la fois de trop, l’arbitre siffle et inverse la possession. La France a refusé de jouer. Une fois de plus. Manque d’intelligence face à l’attitude (au demeurant louable) de l’arbitre favorisant le jeu, prise de risque zéro. À cet instant du match, ma plume s’est fait son avis : la France ne mérite pas de gagner.

 

Autre point noir : la touche. Un nombre incalculable de ballons perdus. La faute à qui ? Impossible de le savoir. Partageons les responsabilités entre le talonneur Brice Mach et l’annonceur Papé (encore lui), mais constatons-en l’échec cuisant. Le pire étant qu’il y a quinze jours, les mêmes lacunes étaient apparues. Rien ne change, ou plutôt si : cela s’aggrave. On est là encore pas loin de la faute professionnelle côté staff tricolore.

 

Enfin derrière. Soyons lapidaire : il n’y eut rien, mais alors rien à se mettre sous la dent. Pas une attaque placée à plus de deux passes. Pas un franchissement. Pas une combinaison. Des joueurs errant entre tout droit condamné et passe désespérée au collègue qui n’a guère d’autre choix que d’en faire un mauvais. Voilà à quoi s’est résumée cette purge qu’est devenue l’animation offensive du XV de France. Clairement, Patrice Lagisquet est fautif. Mais il n’y a rien de surprenant à cela. Il fut entraineur d’un Biarritz misant tout sur le paquet d’avant. Jamais son animation offensive en tant qu’entraineur ne fut un tant soit peu brillante. Le voici pourtant à la tête du XV de France. Tout comme PSA, mauvais entraineur d’un Toulon pourtant déjà riche d’un effectif talentueux. Et pour couronner le tout, la France n’a toujours pas de buteur de classe internationale.

 

Aussi faut-il prendre la seule décision qui vaille : remercier PSA et son staff. Refonder un collectif sur des bases saines. Cela commence par recruter un entraineur ayant la culture de la gagne, ayant fait ses preuves. Mais on le sait, la Fédération Française de Rugby est le repère replet des festins entre des dinosaures auxquels la modernité du rugby est totalement étrangère. À cela s’ajoute un système qu’on sait mafieux, de copinage à gogo menant à tout sauf aux bons choix.

 

Alors soyons honnête : l’espoir n’est pas permis.

 

 

Publicités

3 réflexions sur “Inacceptable, bis repetita

  1. BIen, très bien même…Tout est dit sauf peut-être un remplaçant du 10? Mais pourquoi diable Trin Dhuc n’est plus appelé? Il est plus vieux que Parra ou quoi?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s