L’ère du slogan

SLOGAN1

« Un poète est un luxe, aujourd’hui, qu’on se donne »
Cyrano de Bergerac, Edmond Rostand
Acte II, scène VII

Il faut en convenir : on ne discourt plus que chaînes aux pieds. Esclaves de notre propre censure, élèves grégaire de l’automatisme, du systématisme, de la catégorisation outrancière. Il nous faut des camps où concentrer nos idoles médiatiques, marquer leurs flancs de numéros indélébiles afin de cataloguer plus facilement leurs idées sur un spectre politique gauche-droite. Spectre que des années d’acculturation profonde auront achevé de pré-remplir, dessinant à traits précis les séparations idéologiques forcément tranchées d’opinions qui haïssent ce qui somme toute fait le sel de toute pensée : la nuance. BHL partage sa cellule avec Bernard Kouchner, juste en face de celle de Tariq à l’œil malicieux. Zemmour occupe lui la cellule 34, Emmanuel Todd l’enclos n°12, Ménard, Soral et Dieudonné refont la tapisserie de leur collocation. Tout le monde est content, l’entresoi médiatique peut vomir à souhait Todd sans en n’avoir jamais lu une ligne, Cohen peut d’un air supérieur faire la leçon à Onfray… Le peuple a ses champions, et peut à son gré en faire un jeu de petits soldats à coup de phrases assassines et de mots chargés de vide. Pourvu qu’il consomme comme il faut et qu’une fois la récréation terminée, il vote comme on le lui dit : le marché rit sous cape, le tour est joué.

Il faut avoir des « valeurs », taper à temps de parole égal sur les trois monothéismes, écouter Lucchini pour s’imaginer littéraire, faire la fête en horaires planifiés et vomir le samedi soir, il faut troquer la pensée politique pour l’émotion de l’instant, rire du philosophe pour vénérer Steve Jobs, applaudir la dernière bouse prétendument sociale des millionnaires du grand écran, s’émouvoir d’une culotte sur la croisette, et grossir le nombre de ceux qui font de la reproduction de schémas préétablis un mode de vie libéré. Là encore, le marché est grand vainqueur.

Le slogan est simple, facile d’utilisation, recyclable au possible. On le ahane sans scrupule, pourvu qu’il émane d’une de ces fameuses cellules intellectuelles où l’on a consciencieusement rangé les idées de nos champions éphémères. La nuance quant à elle, a ceci de repoussant qu’elle suppose de lire les livres dont on parle, d’en débattre en ayant pour soutenir l’argument quelque culture. En réalité, il faut être l’inverse de ce que l’école anciennement républicaine produit aujourd’hui : des journalistes médiocres et des politiques incultes. Le sens de l’Histoire, la philosophie, le recul nuancé qu’enseigne la pensée politique, la lutte du débat et sa réalité sur le terrain, voilà ce qu’à grands renforts de slogans on enferme aux oubliettes. Le goût des autres et son imprégnation dans le goût de soi sont désormais de lointains souvenirs, attendu qu’on ne peut s’intéresser à la provenance d’autrui lorsqu’on ne se connaît pas soi-même. Les « carpe diem » fleurissent à longueur de profils facebook, quand des « sapere aude » seraient de mise.

Cette diatribe pourra sembler rance et aigre. Elle s’en veut pourtant l’inverse absolu. Car en se rangeant sagement du côté de la facilité de pensée, fils et filles de l’ère du slogan, vous ouvrez la voie à ceux qui sauront saisir l’opportunité d’enfumer la masse ahurie de préceptes n’ayant qu’un but : que rien ne change, que les esprits sommeillent en paix et ne se réveillent qu’à l’heure des élections ou du passage à la caisse. L’humanisme galopant qui somnole en chacun de nous ne peut sortir de sa torpeur qu’en ouvrant des livres, qu’en se pensant pour penser le monde, et confronter sa vision à la dispute intellectuelle. Seulement voilà, il faut pour ce faire oublier slogans et automatismes de pensée, et ouvrir grand ses bras à la culture pour enfin donner sens à nos existences en la transmettant aux générations futures.

Le combat est peut-être perdu. C’est pourquoi il faut le mener.

Publicités

Une réflexion sur “L’ère du slogan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s