Moteur : la bal des vautours

stade-2

Tout est réuni. Fans de vélo, que pouvons-nous faire sinon ouvrir les parapluies, et nous protéger au mieux des quolibets qui pleuvront de nouveau sur notre passion.

Douter ? Même pas peur

Je ne change pas de ligne directrice. Qu’on parle de dopage, qu’on remette en cause certaines performances, qu’on doute : après tout pourquoi pas. Le cyclisme, notre sport, a su briser une omerta que nombre d’autres sports, parmi les plus médiatisés, sont à des années lumières d’ébrécher. Je fais le choix d’en faire une fierté. En même temps que de réclamer un traitement égal des autres sports. Ne nous y trompons guère : ce n’est pas parce qu’en foot, les transfusions de Zizou ne posent aucun problème, qu’il faille s’insurger dès qu’on parle de dopage dans le cyclisme. Il faut s’insurger de l’inverse : qu’on ne parle pas de dopage dans les autres sports. Aussi, en soi, une enquête sur les moteurs me paraît pertinente. Je vais le dire franchement : oui, il y a des choses qui m’ont paru troublantes lors de certaines courses. Le sujet peut-être intéressant, voire courageux. Sauf que…

Sauf que nous sommes en présence d’un sujet « touchy ». Et comme toujours lorsqu’on marche sur des œufs, il s’agit de faire preuve d’un certain talent. La forme a un sens. Aussi, si questions il doit y avoir, il faut les poser dans le plus grand respect des champions hors-norme dont on parle. Qu’on s’interroge, fort bien ! Qu’on accuse, un sourire narquois dans la voix, non. Et surtout pas quand ce procédé, loin de prouver quoi que ce soit, ne fait que mettre en lumière l’incompétence crasse des journalistes auto-proclamés spécialistes.

Primoz sali

Un exemple terriblement révélateur. Le journaliste en charge de l’enquête s’est imaginé pertinent de remettre en cause la performance de Roglic, ancien champion à ski reconverti avec brio dans le cyclisme. Il s’attarde, avec le ton détestablement ironique de celui qui ne sait pas qu’il ne sait rien, sur la performance du jeune coureur lors du contre-la-montre qu’il remporte. En cause, un changement de vélo à la dernière minute avant le départ. Et un vélo trouvé « par miracle » pour le remplacer, juste avant le départ, sans contrôle donc. On fera remarquer à notre expert en rien et savant en tout que les coureurs bénéficient d’un vélo de rechange. Surtout les favoris. Et c’est là que la mascarade devient amusante.

Car notre ami journaliste s’étonne du résultat du coureur, avec bien sûr ce petit air cynique qui va bien quand on veut donner du poids à un argument qui n’en a point : « « 40 kilomètres plus loin, surprise, Primoz arrive devant des rouleurs confirmés comme Cancellara ». De nouveau, on fera remarquer à Mister Vildary que Primoz a failli remporter le chrono initial, terminant dans la même seconde que Tom Dumoulin. Encore fallait-il regarder l’ensemble du Giro pour le savoir.Rappelons également que Cancellara était malade tout au long d’un Giro qu’il abandonnera, lâché par le peloton sur du plat ! Encore fallait-il regarder le Giro pour le savoir (bis repetita). En suivant le même type de raisonnement (untel bat untel donc = dopage), comment passer sous silence la 3ème place du Norvégien Stake Laenden, qui bat aussi Cancellara ? Comme quoi, le sophisme peut mener très loin, mais c’est toujours dans le mur de l’absurde qu’il s’écrase. Enfin, pour faire bonne mesure, examinons le top 10 de cette étape. Hormis Cancellara (4ème), Küng, Jungels, et Matthias Brändle, qui sont les très gros calibres de l’effort solitaire ? Laengen, Vorobyev, Amador, Tjallingii, Van Emden. À moins d’une épidémie de moteurs, il va falloir revoir votre théorie, cher Thierry. Surtout si l’on note que la course s’est déroulée sous la pluie, faussant largement le classement avec un Primoz parti sur le sec… Poussons ma logique à son terme, pour que tout soit clair : même si Primoz avouait demain qu’il avait utilisé un vélo à moteur, mon avis sur ce traitement médiatique ne changerait pas d’un iota. La question n’est même pas de la culpabilité d’un coureur. Elle est de la forme de l’invective journaliste. Qui doit à mon sens cesser de franchir allègrement les limites du respect dès lors qu’il s’agit d’un cycliste.

Fatalité

Pourquoi s’arrêter sur cette partie du reportage ? Tout simplement parce qu’elle est symptomatique de l’effet dont jouent ces pseudo-journalistes. On jette en pâture le nom d’un coureur, sans même avoir étudié un minimum la course dont on parle. Le journalisme sportif est, sur le service public français, le dernier bastion où raconter absolument n’importe quoi n’est pas une exception mais une règle. De la qualité des commentaires à celles des enquêtes, tout passe. Surtout que pour un œil non-averti, le montage est très convainquant. Tiens donc, c’est bizarre ce gars venu de nulle part, avec un changement de vélo au dernier moment, qui bat Cancellara sur le chrono. On nous prend pour des cons, etc. Vous n’aurez qu’à tirer sur le fil, pour qu’on en arrive aux histoires récentes de dopage qui ruinent l’image de ce sport pourtant en avance en matière de lutte contre la triche. On lancera le nom de Lance Armstrong à la volée, et cela suffira à clore le débat faussé d’avance. Merci M. Vildary, vous êtes soit très incompétent, soit très malhonnête, soit les deux. Vous êtes en tout cas bien inutile.

C’est avec beaucoup de fatalisme que j’aborde cette période pré-Tour de France. Que voulez-vous répondre aux accusations ? La moindre explication réclame une certaine expertise, et l’on sait pertinemment que les foules massés devant le Tour ne regardent bien souvent que cette course dans l’année. Et puis, les accusateurs auront tôt fait de rameuter l’opinion publique à eux en nous accusant de vouloir faire perdurer l’omerta qui gangréna notre sport. Peut-être en payons-nous aujourd’hui le prix fort, celui qui laisse libre cours aux saillies des vautours à plume. Je sais que Cash Investigation s’apprête à sortir un gros morceau sur les vélos à moteur. Avec un timing, comme toujours parfait. Ces journalistes s’imaginent sans doute en grands révolutionnaires, en poil à gratter du système qui nous cacherait des moteurs dans les vélos. Ils ne font que renforcer l’ordre établi : celui qui dort sur ses deux oreilles, et voit d’un très bon œil que le vélo fasse office de bouc-émissaire accaparant en terme de dopage. Il est une espèce qui n’est donc point en voie de disparition : les idiots utiles.

Publicités
Cette entrée a été publiée dans Sport. Bookmarquez ce permalien.

2 réflexions sur “Moteur : la bal des vautours

  1. Très bon billet ! Malheureusement, tout cela ne fait qu’illustrer la (grave) crise que traverse le journalisme depuis de nombreuses années. Moins de moyens, moins de travail et la recherche permanente du scoop, quitte à s’asseoir sur ses principes. Cash investigation, Stade 2, même combat.

    Une enquête sur le terrain coûte cher. Quand on envoie quelqu’un en reportage, il faut rentabiliser, ramener quelque chose à raconter… Ce mec ne connait rien au sport et encore moins au cyclisme. Mais peu importe, du moment qu’il rapporte des images susceptibles d’être vues, commentées. Le buzz est devenu leur saint Graal.

    PS : Je ne suis pas fan de cyclisme…

  2. Merci pour ce billet !!! Ce genre de reportage est à gerber… Ce pseudo-journaliste avec son air condescendant (en 1 mot, même si il en mériterait plus) au possible devient insupportable. Si encore il n’avait qu’une once de preuve pour étayer ses suspicions trop vites transformées en accusations.

    Il est en train de préparer le terrain pour la grand messe de Juillet… j’ai peur du traitement médiatique qui sera réservé au tour cette année quand je vois ce qu’il se passe en ce moment et qu’on met de côté totalement le côté sportif, tactique de ce beau sport.

    Merci donc à vous pour remettre les points sur les i… et amener une vraie réflexion sans arrière pensée !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s