PSG, pas si vite

On l’a vu, quand Paris passe, la Ligue 1 trépasse. À de rares exceptions, le PSG ne se contente pas de gagner : il écrase, humilie, piétine des adversaires réduits au rang de faire-valoir. Pour autant, il ne faut pas oublier que la saison parisienne commence maintenant. Dans un contexte qui va se durcir, zoom sur les zones de doutes de l’ogre parisien.

Neymar, oui mais non

Attaquons de front : Neymar a beau être un joueur extraordinaire, la copie qu’il rend match après match ne me plaît pas. Les stats sont d’excellent standing, les compilations youtube de ses slaloms dans les défenses perdues de Ligue 1 sont chaque semaine plus fournies. Pourtant, l’attitude me dérange. On commencera par relativiser les exploits personnels du Brésilien. La Ligue 1 reste un championnat mineur, l’intensité défensive y est parfois ridicule, notamment sur la durée d’un match. Alors certes, il faut profiter des jolis gestes, mais il faut aussi savoir dire qu’un slalom réussi pour 50 actions gâchées par individualisme, c’est pour le moins énervant. Je l’écris et l’assume : quand Neymar annihile de beaux appels parce qu’il a décidé, à 50 mètres du but, d’éliminer 2 joueurs avant de donner la balle, c’est insupportable. C’est le contraire de l’essence du football. Ça ravit les footix du Parc cet les journalistes de Canal. Mais ça agace, et je suis persuadé que c’est préjudiciable à terme au vestiaire. Rares sont ceux qui dans l’histoire du football pouvaient prétendre garder outrageusement le cuir pour tenter et réussir quasi-systématiquement un exploit individuel. Maradona était de cette race de joueurs, Ronaldo dans les années 90 également, Ronaldinho évidemment, Messi aussi. C’est tout. Pour moi, Neymar est à des années lumières du niveau de ces grands joueurs. Techniquement il est beaucoup moins fort, quand bien même il réussit certains dribbles à 8-0 contre Dijon.

Surtout, Neymar est venu à Paris pour sortir de l’ombre de Messi. Il veut briller, et remporter la Ligue des Champions. Jamais le quart de la moitié des dribbles qu’il réussit en Ligue 1 ne passeraient à plus haut niveau. D’ailleurs, son attitude au Barça était totalement différente. Neymar y était un joueur utile. Pas un joueur youtube. Et pour moi ce n’est pas anodin qu’un joueur pour briller doive quitter le temple du football moderne qu’est le Camp Nou. C’est extrêmement révélateur. Peut-être réussira-t-il à briller en Ligue des Champions et à porter le PSG vers les sommets. J’en doute fort, et je redoute un Ibrahimovic II.

Divas vs enculés

Cet été, l’effectif du PSG s’est particulièrement étoffé. Berchiche, Dani Alves, voilà de beaux joueurs de football. Solides, techniques, intelligents. Si l’on ajoute l’acquisition récente de Draxler et de Lo Celso, on peut aisément dire que le PSG ne se trompe plus beaucoup sur le marché des transferts. Les arrivées de Neymar et de M’Bappé venant donner au tableau un aspect explosif. Pour autant, cela ne règle pas tous les problèmes des Parisiens, notamment en ce qui concerne l’attitude générale. Je me souviens d’une discussion avec Unai Emery l’été dernier, qui portait précisément sur le recrutement « d’enculés » sur chaque ligne. À l’époque, la direction sportive s’activait sur les pistes Pepe et Gary Medel. Preuve que le problème d’attitude avait été clairement identifié.

On le sait, l’année dernière le PSG a perdu au Camp Nou en raison d’un manque de tout dans la tête. Et force est de constater que l’effectif parisien comporte encore quelques inconnues quant aux valeurs guerrières nécessaires pour aller loin en Europe. Verratti pour commencer. Surpoids récurrent, blessures habituelles, hygiène de vie dont la moitié de la capitale connaît la teneur. Le petit italien a sans doute un talent fou, sauf qu’il n’est plus excusable. Son attitude n’est pas professionnelle. Rappelons qu’il est régulièrement décrié en équipe nationale, bien loin du successeur annoncé de Pirlo. Gageons que dans un club plus fort, il ne se permettrait pas les écarts de conduite auxquels il s’est habitué depuis l’arrivée des Qataris. J’ai peur que comme souvent dans les matchs à haute intensité de la Ligue des Champions, Marco Verratti ne disparaisse une nouvelle fois.

Rabiot m’inquiète également. Il fait partie de cette catégorie de joueurs nonchalants, pétris de talent mais peu en phase avec les exigences du très haut niveau. S’il dispose d’une technique au-dessus de la moyenne, dès que l’intensité s’élève il est plus en difficulté. Surtout qu’en enfant gâté du football moderne, il vendange certains matchs, considérant avec sa mère que l’entraineur ne le fait pas jouer au poste où il pourrait être plus en vue. En témoigne une sortie surréaliste dans les médias avant le mercato d’hiver, où le joueur exigeait le recrutement d’une sentinelle. Traduisez : « je n’aime pas jouer à ce poste, vous avez intérêt à recruter parce que je n’y jouerai pas longtemps ». Scandaleux, et symptomatique de toute une génération de joueurs, notamment français, qui pensent pouvoir exiger des choses sans jamais avoir prouvé quoi que ce soit au plus haut niveau. Difficile de gagner les gros matchs de Ligue des Champions avec ce genre de mentalité de diva.

En défense enfin, si le chantier est moindre, un cas est à signaler. Kurzawa, qui depuis 1 an et demi n’a plus rien d’un joueur de football professionnel. QI foot (et sans doute QI tout court) en berne, il multiplie les erreurs sur le terrain et hors du terrain. Rappelons que c’est le seul joueur de l’effectif professionnel qui n’a pas jugé bon d’effectuer le travail physique demandé par le staff du club lors de la trêve hivernale. Tout dans l’attitude du joueur trahit une bêtise crasse, un égo surdimensionné, et une fin de carrière proche en Turquie. C’est pour moi le symbole du PSG à l’institution faible qui se laissait marcher dessus par ses joueurs, Aurier en tête. Kurzawa doit partir. Le football de haut niveau n’est pas un mauvais clip de rap, ce joueur et son clan sont des parasites dont le PSG doit très vite se débarrasser.

Real Madrid, attention danger

Oui, le Real de Zizou commence à fatiguer. C’est une évidence, en Liga comme en phase de poules de la Ligue de Champions. Mais attention à l’enflammade avant de jouer l’ogre madrilène. Ces quatre dernières années, la Casa Blanca a ramené 3 fois la Coupe aux grandes oreilles à Madrid. Rarement un effectif aura été si complet, au moins sur le papier. Il y eut l’Ajax des années 70, le Milan des années 90, le Barça 2009-2011, et le Real 2017. Alors certes, cette année, le Real joue moins bien. Mais ce club a l’ADN Ligue des Champions. Et contrairement à ce que le PSG a démontré jusqu’à présent, leurs joueurs sont des guerriers. Ramos, Marcelo, Carvajal sont des chiens en défense. Face à eux, M’Bappé et Neymar n’auront pas le loisir de s’amuser. Au milieu, Kroos et Modric restent ce qui se fait de plus complémentaire, épaulés par le meilleur milieu de terrain actuellement : Isco, un génie absolu qui s’il poursuit sa route siègera sans aucun problème aux côtés d’un Zidane ou d’un Iniesta dans le panthéon du football. En attaque, on peut dire que Ronaldo vieillit. Problème, on disait exactement la même chose il y a un an à la même époque, avant qu’il n’écrase tout sur son passage en Europe à partir des quarts de finale. Sans compter sur Asensio, futur crack du football mondial, Bale qui reste un joueur magnifique, et Benzema qui sait élever son niveau lors des gros matchs.

Il est donc compliqué de fanfaronner avant cette confrontation. Le Real est prenable, bien plus que les dernières années. Mais il reste un club biberonné au très haut-niveau et aux joutes européennes. Surtout qu’à la différence de Paris, la Liga leur offre régulièrement des matchs à très haute intensité contre le Barça, l’Atletico Madrid, Bilbao, Valence, Seville, Vigo ou encore Villareal. Wait and see, mais que diable, un peu d’humilité !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s