On vous avait prévenus…

On nous avait promis le feu, la Champions League les yeux fermés, des gros d’Europe ridiculisés. Hier à Santiago Bernabeu, le Real maître de l’Europe du football s’est chargé de donner la leçon au PSG en même temps qu’à toute une presse sportive française inapte à analyser le football de haut niveau.

Emery l’audacieux

Drôle de surprise que la titularisation de Kimpembe en lieu et place de Thiago Silva, capitaine du PSG, pour affronter le Real sur sa pelouse. Pourtant d’un point de vue sportif, ce choix, s’il est audacieux, se justifie largement. Thiago Silva est l’un des meilleurs défenseurs du monde, mais il pèche gravement dans les matchs à enjeu. Sa tête rageuse contre Chelsea ne peut faire oublier ses faillites mentales à répétition lors des moments cruciaux où tout se gagne à la force du neurone. Notamment lors du match retour au Camp Nou l’année dernière, lorsqu’il fut proprement incapable de mener le bloc parisien à l’assaut du camp barcelonais. Avec les conséquences que l’on connaît… Silva est un grand joueur, mais jusqu’à présent (et l’âge commence à poindre) jamais il ne fut décisif dans le dernier carré d’une compétition de haut niveau. 

Autre choix attendu du technicien espagnol, celui de la sentinelle. Rabiot porté vers l’avant, Diarra en méforme, Motta vieillissant et revenant de blessure… Le PSG, pourtant capable de faire exploser le marché des transferts estival, se retrouve à quelques heures du match le plus important de sa saison totalement dépourvu au poste de sentinelle, devenu clé dans le football moderne. Au point de devoir titulariser le tout jeune Lo Celso qu’aujourd’hui la presse descend en flèche, oubliant au passage d’analyser avec nuance les mouvements de jeu et de joueurs au milieu du terrain. Je l’écris souvent, mais aujourd’hui plus que jamais cela me semble d’actualité : dès cet été, Emery m’avait parlé du recrutement de plusieurs « enculés » par ligne, notamment en défense et au milieu. Le problème était identifié. Hier, il coûta très cher.

Peut-on dire pour autant qu’Emery a manqué son match ? Si l’on s’en tient au résultat, peut-être. Reste que le choix de Kimpembe se comprend tout-à-fait, celui de Lo Celso également. Sur le coaching cependant, Emery n’est pas sans souffrir de la comparaison avec Zidane, qui a parfaitement lancé Asensio et Vasquez dans le dos d’une défense parisienne totalement minée par l’absence de repli défensif des flèches d’attaque parisiennes.

Cavani fautif, vraiment ?

Je ne souscris absolument pas à l’analyse bornée qui fleurit dans les médias, notamment français, consistant à descendre Cavani. Peu de ballons touchés, certes. Sauf que c’est un attaquant racé, qui sait se nourrir de miettes. Sans pousser la comparaison plus avant, sa science de l’appel me rappelle énormément un Crespo, son placement un Inzaghi. Technique limitée, mais générosité défensive qui fit défaut au PSG dès sa sortie, M’Bappé se montrant scandaleusement absent dès qu’il fallut défendre. Non, Cavani n’est pas fautif ! Cessons de juger les joueurs à l’aune de leurs statistiques, et regardons plutôt les matchs. Les appels, Cavani les a fait. D’ailleurs sur deux centres en première mi-temps, il faillit marquer grâce à un placement parfait.

Les vrais fautifs s’appellent Neymar et M’Bappé. Neymar, dans la lignée de ses matchs en Ligue 1, a tenté de faire le plus de slaloms possibles dans la défense du Real. En perdant énormément de ballons. À ceux qui me répondent souvent que « c’est son jeu », eh bien non. Regardez ses matchs au Barça. Jamais il ne se permit d’insulter le jeu collectif comme il le fait depuis le début de la saison au PSG. Neymar a beau être un footballeur extrêmement talentueux, il n’est pas Messi, et ne le sera jamais. Contre Dijon, il peut réussir 1 slalom sur 10. Ça fait bander les footix au Parc et les journalistes de l’Équipe, et ça fait une belle vidéo Youtube de 30sec. Sauf que face au Real de Ramos, Varane et consorts, ça ne suffit pas. Neymar n’est pas un joueur du PSG. Il devrait porter un maillot neutre aux couleurs de la seule chose qui le préoccupe : le ballon d’or, dont au passage il fut indigne hier.

Et puis, il y a le cas M’Bappé. Catastrophique, de A à Z. Plus encore que les pertes de balle répétées, je veux insister sur un point précis. Le replacement défensif. Aucun effort, aucune course défensive. Résultat, un Marcelo omnipotent sur son côté. Cette attitude en dit énormément sur le chouchou de la presse française, pétri de talent certes, mais défaillant à plusieurs reprises cette saison. Une action qui symbolise le match de M’Bappé. 1ère minute de la 2ème mi-temps, M’Bappé perd le ballon, s’arrête, et attend que le ballon lui revienne. Il ne reviendra pas, et l’occasion du Real aura fait passer quelques sueurs froides dans les rangs parisiens. À la 45ème minute d’un match de Ligue des Champions contre le Real, après 15 minutes de repos, à 19 ans, on n’est pas fatigué. On se replie. Point.

Comment ne pas relier ce cas à celui d’un Di Maria qui marche sur l’eau ces derniers temps ? Certes l’Argentin a largement disparu pendant un an. Sauf que lui, dès que le niveau s’est élevé, a toujours été là. Monstrueux face au Barça l’année dernière, excellent face aux gros de la Ligue 1, Di Maria ne déçoit presque jamais lorsqu’il faut sortir le grand jeu. Mais lui n’a pas coûté 180 millions d’euros, il est vrai, et Nike n’a pas poussé pour le voir rejoindre Neymar.

Et le Real dans tout ça ?

Il est presque inélégant de terminer cet article en mentionnant pour la première fois seulement la performance du Real. Encore une fois, la Casa Blanca a démontré sa classe, son froid réalisme, sa force quasi inébranlable en Champions League. Nombreux sont ceux qui avancent le mauvais match du Real. Certes, et alors ? 3-1 au tableau d’affichage. Et surtout, donnée que la presse française, peu habituée au haut niveau, n’intègre toujours pas : ces équipes sont programmées pour monter en puissance. Sans nier les énormes difficultés du Real cette saison, donner le PSG favori contre le Real en se basant sur des matchs d’octobre est signe d’une incompétence malheureusement commune dans les rédactions sportives. Je me souviens d’un des premiers sites de France qui titrait sans honte au lendemain de la victoire 0-1 du PSG face à Toulouse : « Neymar et le PSG fin prêts pour le Real ». Décidément, il vaut mieux écouter Fred Hermel nous parler avec passion du Real pour savoir à quoi s’en tenir avec le géant madrilène. Lui nous avait prévenus : « Attention, le Real se réveille. Irrégulier, mais présent, surtout en Ligue des Champions ». Vu d’ici, à Valencia, le Real n’est plus le Real des saisons passées, mais pas un supporter n’envie pas leur effectif monstrueux, intelligent, technique, physique et gagneur.

Combien d’articles pour descendre un Ronaldo vieillissant ? Sans avoir le moindre neurone à disposition pour se rappeler que l’année passée non plus Ronaldo ne brillait pas, jusqu’au décollage au mois de février. Le Real reste le Real. Des joueurs qui ont tout gagné (j’invite les lecteurs à consulter le palmarès de Sergio Ramos, puis à le comparer à celui de Thiago Silva…), et pas qu’une fois. Une mentalité de frénésie sanguinaire dès que retentit la musique de la Champions League. Un effectif, qu’on le veuille ou non, d’une complémentarité incroyable.

Et des choix de Zidane payants. À commencer par la titularisation d’Isco. Il faut s’arrêter un instant sur ce joueur. Depuis son passage à Valence, Isco est pressenti comme le Zizou espagnol. À Malaga il surnageait déjà, au Real son adaptation fut plus difficile, avant de devenir le meilleur milieu de terrain au monde l’année dernière (je pèse mes mots). Hier, Zidane choisit de le titulariser à la place de Bale. Connaissant particulièrement bien Isco, j’ai fait un quasi focus sur ses 20 premières minutes. Une classe majestueuse, un repli défensif irréprochable , des gestes fous (roulette dans ses 30m pour se sortir du pressing parisien), une transversale en deux touches de balle qui amène une occasion du Real, une passe en profondeur de 60 mètres, à l’arrêt, pour un Ronaldo dangereux. 1 seul ballon perdu, des interventions aux quatre coins du terrain. Ce joueur est différent. Je doute qu’aujourd’hui il existe plus fort à son poste qu’un Isco en forme. On le sait cette saison est plus difficile pour lui, blessé. Mais s’il revient au niveau qu’on l’a vu afficher hier, alors les amoureux du football peuvent sourire. Et ceux du Real encore plus.

Publicités
Cette entrée a été publiée dans Sport. Bookmarquez ce permalien.

3 réflexions sur “On vous avait prévenus…

  1. Assez d’accord avec votre analyse sur sur M’bappé dont la jeunesse n’est pas vraiment une excuse ici (ne pas revenir défendre n’est pas un manque d’expérience). Pour ma part j’ai vu un beau match tout de même, que de qualité technique des 2 côtés. Le 3-1 est très sévère. Par contre j’ai trouvé Ronaldo inexistant et Neymar trop personnel (encore). C’est vraiment dommage que quelques erreurs se sont payées très cher. Et en tant que « français » je dois le dire, l’arbitrage n’a pas aidé 😉

    • Ronaldo commence sa saison depuis 3 semaines. Il marque, même si dans le jeu offensif il est peu influent. En revanche dans le pressing défensif ce qu’il a fait avec Isco et Benzema a été primordial. Grosse qualité technique et dans l’intensité aussi. 3-1 sévère oui, mais c’est le haut niveau. Pour l’arbitrage, je ne le commente que rarement, et je pense que le plus gros scandale c’est que Lo Celso ne prenne pas le deuxième carton sur le penalty.

      • Pour Ronaldo, il n’a pas rien fait mais entendre à la fin du match que c’est l’homme du match, c’est un peu abuser. Il a fait son job mais vraiment rien de plus. Ce qui m’a attristé à ce haut niveau ce sont les simulations à l’italienne (des 2 côtés mais un peu plus du côté Real 😉 ). Quand on a ce niveau de technique, jouer la dessus c’est minable.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s