Le journalisme LOL

Quelle angoisse ! Depuis quelques jours, je ne dors plus, je ne mange plus. La fesse molle et l’œil terne, j’alterne entre chiasse carabinée et lecture frénétique de Libé (deux activités qui se terminent toutes les deux dans la cuvette). La cause de mon trouble ? Le Tour de France approche, et toujours pas d’article ordurier des scribouillards de Libé sur le dopage.

J’ai longtemps cru que les courageux enquêteurs de Libé avaient saisi l’opportunité de la Coupe du Monde de football pour, une fois n’est pas coutume, nous parler dopage dans le football. Eh bien non ! Libé s’est sorti les doigts de l’encrier pour nous pondre son annuel article fracassant sur le grand méchant vélo. En tapant sur Froome, pour faire original. Ou comment vendre du papier moribond quand on n’a ni plume, ni talent.

L’honneur du journalisme franchouillard est sauf, la gerbe d’avant Tour est enfin arrivée ! La diarrhée encrée des champions de la médiocrité est enfin sortie du cerveau fécond de la rédac’ de Libé. Je me rappelle qu’en 2014, le canard avait titré sur son site web : « Le dopage, c’est comme le vélo, ça ne s’oublie pas ». Avec une photo de Sky à l’entrainement, histoire que Dédé sur son canapé arrive à bien saisir l’allusion de haut vol. Cette année, on a le droit au « Retour à la case dopage ». Inventivité quand tu nous tiens…

Je pourrais écrire le même article chaque année. Et chaque année, il viserait la même petite caste de frustrés de la pédale, incapables d’écrire ni de pédaler avec la moindre once de talent.

Ils officient au Monde, et révèlent des scoops qui s’avèrent faux par la suite. Ils ne n’excusent pas, mais ne se privent pas de dénoncer le climat de suspicion qu’ils ont eux-mêmes créé. Sorte de prédictions auto-réalisatrices qui permettent, quand on n’a rien à dire d’intéressant, de toujours avoir quelque chose à dénoncer.

Ils sévissent à l’Équipe21, et se permettent de massacrer en direct Christopher Froome et ses « immenses casseroles », avec autour de la table un directeur sportif à la réputation bien établie, et l’ex-pensionnaire de l’équipe professionnelle habituée aux contrôles positifs à l’epo ces dernières années. Je n’accuse évidemment pas, je me permets juste de faire remarquer, dans le respect de la dignité humaine et des Conventions de Genève, et sans vouloir choquer ici les âmes sensibles de ce triste monde, que quand on a le cul qui sent la merde, on évite de pointer le trou de balle boueux du voisin.

Ils chient de la copie à Libé, et déglinguent le vélo avant chaque début de Tour en choisissant quel coureur est dopé et lequel ne l’est pas. Sans autre forme de procès que le procès d’intention. Sans autre forme de talent que de se regarder écrire, et jouir d’un jet d’encre toute la frustration de n’être rien d’autre que rien. Si ce n’est un moins que rien. Un indice, chez vous : coureur français = coureur propre. Coureur étranger = caca pas beau vilain.

Il faut les rencontrer, ces petits caporaux à la leçon facile. Il faut les voir s’empiffrer dans des diners mondains, le fromage au coin de la bouche, la bidasse à l’air, raconter leurs exploits à Longchamp « à 37kmh de moyenne » (big up au mauvais qui se reconnaîtra, et qui m’avait envoyé son esclave à tout faire quand j’avais un peu trop parlé de lui dans un article précédent). Il faut connaître ces professionnels de la suspicion, si mauvais qu’ils sont incapables de traduire les articles de Cyclingnews en français, et se permettent de donner des leçons de journalisme à toute la France en recopiant du Google Translate. J’ai fréquenté les mêmes écoles de journalisme qu’eux. Mais moi, j’ai fait du droit. Et je m’amuse de voir les juges entrouvrir d’un geste nonchalant l’hermine sentencieuse, et bifler la dignité envolée de ces cartes de presse galvaudées.

Vous n’êtes rien d’autre que du vent. Le Tour de France n’aura même pas à oublier vos noms.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s